Notre Biodiversité
español
english version
Francais
Deutsch
Home
Qui sommes-nous
Où sommes-nous situés
Connaître L’Auberge
Activités à La Bravera
Observation d’oiseaux
Jardin botanique
Calendrier d’Événements
Notre Biodiversité
Éco-Alliances
Témoignages
Galerie de photos
Tarifs et réservations
Nous joindre
Pensons vert
Haute Cuisine avec des ingrédients frais de notre jardín
 
Réservations: (+58 212) 978.2627 - (+58 414)- 293.3306labravera@gmail.com Coordonnées GPS: N  08º 38' 29,4´´ W  71º 23´ 1,0´´

La Bravera possède une énorme biodiversité
due à sa situation géographique privilégiée
à 2 360 mètres au-dessus du niveau de la mer.

La Cordillère de Mérida fait partie de la portion des Andes septentrionales qui s’étend sur 450 km en longueur et sur 80 km en largeur en direction du Nord-ouest. Elle est située entre les latitudes 72? 30’ et 10? 10’ Nord et les longitudes 69? 10’ et 72? 20’ Ouest. Elle passe sur le territoire des états de Tachira, de Mérida, de Barinas, de Trujillo, de Portuguesa et de Lara.

La Cordillère de Mérida est une chaîne de montagnes qui s’étend du piedmont à 200 mètres d’altitude jusqu’au Pic Bolivar à 5000 mètres d’altitude. Cette grande différence d’altitude occasionne une grande variation de températures entre 27? C dans les zones plus basses et -2? C aux sommets. On peut noter une variation marquée dans les précipitations, variant selon l’altitude, les vallées et les versants. La combinaison entre ces deux facteurs, la température et les précipitations, favorisent l’apparition de différentes conditions naturelles qui permettent l’existence d’une grande variété de végétation. Ces différents écosystèmes peuvent se classer en deux niveaux, l’un plus général qui se définit en différents étages écologiques (zonation en altitude) et l’autre plus détaillé qui se définit en unités écologiques.

On peut définir six étages écologiques dans les Andes vénézuéliennes : l’étage de base du Piedmont jusqu’à 1000 m d’altitude, l’étage subandin entre 1000 m et 2000 m, l’étage andin inférieur entre 2000 m et 3000 m, l’étage andin supérieur entre 3000 m et 4000 m, l’étage « altiandin » entre 4000 m et 4800 m et l’étage nival au-dessus de 4800 m. Chacun de ces étages contient des unités écologiques distinctes (Fig.3) dépendantes de caractéristiques écologiques telles que la température, les précipitations et le substrat, qui sont à leur tour dépendantes d’une combinaison des conditions suivantes : les nuages, le vent, l’humidité relative, le relief et la géologie, entre autres.

Chaque unité écologique est associée à un type particulier de végétation et nous avons utilisé le nom de cette végétation pour nommer chaque unité. Dans les Andes, on peut trouver des versants secs et des versants humides, chacun avec différentes séquences d’unités écologiques selon le schéma sur la Fig.3. Dans les versants humides, l’étage de base est occupé en grande partie par la forêt humide submontagneuse, unité qui se trouve entre 150 m et 800 m d’altitude. Ensuite, on retrouve la forêt montagneuse semi-caducifoliée qui monte jusqu’à 1700 m. Cette dernière est l’unité la plus importante de l’étage subandin. L’étage andin inférieur est couvert de deux types de forêts nuageuses, la forêt nuageuse dite « basse montagne » de 1700 m à 2200 m et la forêt nuageuse dite « haute montagne » qui va jusqu’à 3000 m. On retrouve dans l’étage andin supérieur « le Páramo andin » qui va de 3000m à 4300 m. Le « Páramo altiandin » (de 4300 m à 4800 m) est la principale unité de l’étage altiandin. Finalement, l’étage nival est situé au-dessus de 4800 m dans une zone dominée par les neiges perpétuelles.

Forêt nuageuse

La forêt nuageuse est située entre 1800 m et 3000 m d’altitude. En fonction de l’altitude, on peut différencier deux types de forêt nuageuse, celle appelée « forêt nuageuse de haute montagne » et celle nommée « forêt nuageuse de basse montagne ». En gros, il se forme une sorte de frange de forêts humides avec des températures relativement basses et dont la principale caractéristique est le haut niveau de brouillard et de nuages quotidiennement, ce qui a comme conséquence une basse insolation et un haut taux d’humidité relative.

Il n’y a pas de saison sèche dans cette unité et les précipitations sont élevées toute l’année avec entre 1000 mm et 3000 mm de pluie. De plus, ces forêts reçoivent davantage d’eau atmosphérique due au brouillard constant. Les températures moyennes annuelles varient entre 13 et 19? C dans les limites altitudinales du type « basse montagne » et entre 9 et 14? C dans la partie « haute montagne ».

Le type de forêt nuageuse de « basse montagne » détient une moyenne de 50 espèces d’arbres pour chaque hectare, avec un toit végétal qui peut atteindre jusqu’à 35 mètres d’altitude. Cette limite en hauteur devient de plus en plus basse à mesure que l’altitude augmente. Dans la partie supérieure de la forêt de « haute montagne », les arbres atteignent une hauteur de 10 mètres. Avec l’altitude, le nombre d’espèces d’arbres diminue jusqu’à 20 espèces par hectare. On peut y trouver des espèces des genres suivants : billia, brunellia, weinmannia, clusia, decussocarpus, montanoa et alchornea, qui sont plus spécifiques du type de forêt nuageuse dite de « basse montagne ». Dans le type « haute montagne », on retrouve les : podocarpus, oreopanax, havetia et ocotea.

Un des traits les plus caractéristiques des sous-bois de ces forêts (qui peuvent avoir plus de 100 espèces par hectare) est la présence de fougères arborescentes de la famille des « cyatheaceae », en plus de certaines espèces importantes des genres suivants : chusquea, canna, gaultheria, chamaedorea, pipe, psychotria, renealmia, miconia et solanum.

L’auberge La Bravera est située à 2360 m d’altitude, ce qui la classifie dans la limite altitudinale correspondant à la forêt nuageuse de « haute montagne », mais tout en étant très proche de la forêt nuageuse de « basse montagne » que l’on peut retrouver sur le chemin menant à La Azulita. Cette localisation privilégiée explique la grande biodiversité que l’on peut retrouver autour de La Bravera, où, en plus de la variété d’arbres et de plantes, dont plusieurs d’entre eux sont endémiques, il existe 456 espèces d’oiseaux (qui ont déjà été énumérées dans le chapitre précédent) ainsi que quelques mammifères.

Il est important de souligner, par contre, que grâce aux conditions climatiques de la région, il n’existe pas d’animaux venimeux qui pourraient représenter un danger pour nos visiteurs.

(3) Tomado de La Marca E. & Soriano P. 2004. Reptiles de los Andes de Venezuela. Centro Editorial Litorama, C.A.


15 aspects les plus important de notre biodiversité
 
Nous sommes sur Facebook
Facilités pour handicapés
Votre animal de compagnie est le bienvenu
Approuvé par la Société vénézuélienne de l'écologie
Connaître notre jardin botanique
Observation des oiseaux  Nous sommes l'un des endroits les plus privilégiés dans le monde
 
 
 
 
Design: Keiron Mayora - CCS, Venezuela • Cellulaire (+58 424) 1332776 • kmayora@gmail.com / Traduit par Catherine Boutin
to,